récit

SAVOIR ENFIN QUI NOUS BUVONS

18 > 20 mai 2017

Sébastien Barrier

Sébastien Barrier revient avec son enivrant récit. Entre dégustation commentée, apéro documenté, prêche de bistrotier, prophétie de camelot, carnet de voyage oral, ode à l’ivresse, célébration du présent, performance saoûlante et diaporama de retour de vendanges, il nous invite à savourer sept vins Ligériens et à découvrir les histoires des vigneron(ne)s qui les ont mis au monde. De digressions en égarements le récit nous promène des forêts humides de Papouasie Nouvelle-Guinée aux quais glissants du port du Rosmeur à Douarnenez, des circonvolutions mentales d’un médecin addict en Cochinchine aux souvenirs plus ou moins avouables de tristes cuites Sarthoises, pour, toujours, revenir aux amitiés naissantes et déjà pérennes reliant, l’alcool aidant, Sébastien Barrier à ses vignerons. 

 

{ PRESSE }

Comédien d’exception qui se livre à un marathon en forme de fresque humaniste arrosée au vin naturel. 

Gilles Renault, Libération

( BIOGRAPHIE )

Sébastien Barrier, la quarantaine bien tapée, est fils de travailleurs sociaux sarthois. Cela n’explique qu’en partie son rapport pathologique et jubilatoire à la parole, qu’il subit et travaille depuis son plus jeune âge. Après des études avortées en faculté de lettres, il se frotte aux arts du cirque à Toulouse, et entame de longues expériences en compagnies, parmi lesquelles le Phun et le GdRA.Pendant une dizaine d’années il promènera son personnage, Ronan Tablantec, alter ego marin-prêcheur douarneniste, friand de prises de parole urgemment documentées, particulièrement poreuses aux contextes qui les accueillent. En 2014 il crée Chunky Charcoal, projet graphique et musical, entre messe sans dieu et ode à la perte, aux côtés de Benoît Bonnemaison-Fitte et Nicolas Lafourest.Sébastien Barrier est artiste associé au Grand T, Théâtre de Loire-Atlantique à Nantes. 

distribution

conception et interprétation Sébastien Barrier

les vignerons et vigneronnes Marc Pesnot, Agnès 

et Jacques Carroget, Agnès et René Mosse, Jérôme Lenoir, Thierry et Jean-Marie Puzelat, Noëlla Morantin, Pascal Potaire et Mose Gadouche 

photographies Yohanne Lamoulère / Picturetank 

typographies Benoît Bonnemaison-Fitte 

décors Pierre-Marie Bernard 

régie en alternance Chloé Gazave, Alice Gill-Khan, Jérémie Cusenier 

regards Benoît Bonnemaison-Fitte

Catherine Blondeau, Laurent Petit

Savoir enfin qui nous buvons est édité chez Actes Sud

production

Accompagnement et production l’Usine, Scène conventionnée pour les arts dans l’espace public (Tournefeuille / Toulouse Métropole), Coproduction et résidences Le Channel - Scène Nationale de Calais, Le Grand T - Théâtre de Loire-Atlantique, Le Carré - Les Colonnes - scène conventionnée Saint-Médard-en-Jalles/Blanquefort, Les Pronomade(s) en Haute-Garonne - Centre National des Arts de la Rue, Encausse les Thermes - Excentrique, festival porté par Culture O - Centre Ateliers de développement culturel en Région Centre, La Paperie - Centre National des Arts de la Rue - Angers, AGORA PNAC Boulazac Aquitaine. © photos Yohanne Lamoulère / Picturetank

retour à la liste